Terre charnelle celineravier.com
         
Terre charnelle
ETHIOPIE. Je me souviens de mes doutes d’avant départ. Comment photographier les gens là bas, dans ce pays qui, sans précisément savoir pourquoi, m’intimidait tant et plus que tout autre. Bien sûr il y avait « La porte des larmes », les photos de Raymond Depardon et les mots de Jean Claude Guillebaud qui m’avaient pris au cœur / et donné l’élan d’aller voir un bout de ce pays et de son peuple, cette « substance qui bon gré mal gré résiste au temps ».

Dans les majestueuses montagnes du Siemen entre 3000m et 4000m d'altitude, au creux des églises de Lalibela, sur les routes des villages Afar, ou tout au fond de la dépression du Danakil, dans ce vaste nord éthiopien, je les ai croisés. Qu’ils soient en chemin, au travail ou chez eux, j’ai vu des gens à l'image de leur pays: beaux et dignes. Et j’ai compris le pourquoi. Tenter de restituer l'indicible qui émane de cet équilibre originel entre la terre et les hommes. L'Ethiopie est un lieu d'altitude physique et intérieure qui se découvre sur la pointe des pieds...
Top